PHILIPPE
BEAU.

SHADOW ARTIST

HANDSHADOWS, A NEW KIND OF MAGIC

 

Long gone are the days of the glittery suits and rabbits coming out of hats! Following the example of the new circus, the new magic has been considered as a full artistic movement over the last decade and many creators now include this language in their universe. The key term of this incursion of magic in live entertainment is illusion.

The result make up unforgettable pictures such as the body of a dancer struggling with the giant shadow of Philippe’s fingers in Sombrero, a piece by Philippe Decouflé. After a collaboration for the show named Kà, a creation for the Cirque du Soleil, Robert Lepage also suggested to Philippe Beau to create sequences of shadows in the opera The Nightingale and other fables by Stravinsky. 

Foin des lapins sortant de chapeaux et des costumes à paillettes ! A l’instar du nouveau cirque, la magie nouvelle s’affirme depuis une dizaine d’années comme un mouvement artistique à part entière et de nombreux créateurs intègrent ce langage à leur univers. Le maître mot de cette incursion de la magie dans le spectacle vivant est l’illusion et il en résulte des images inoubliables, comme le corps d’une danseuse qui se débat entre l’ombre gigantesque des doigts de Philippe Beau dans « Sombrero » de Philippe Decouflé. Après l’avoir sollicité pour « Kà », une création du Cirque du soleil, Robert Lepage a également proposé à Philippe Beau de créer les séquences d’ombres dans l’opéra « Le Rossignol » et autres fables de Stravinsky